Villa-atelier de Chana Orloff

Publié le 25 Février 2014

Villa-atelier de Chana Orloff

Un petit détour par la Villa Seurat, située non loin du parc Montsouris.

Il s’agit d’une petite impasse qui porte le nom du peintre Georges Seurat (1859-1891), mais c’est aussi un nom évocateur pour les amoureux d’Architecture. En effet, cette petite rue est une mine d’or pour le visiteur qui apprécie l’Architecture moderne des années folles.

André Lurçat y réalisa pas moins de huit maisons (aux n° 1, 3, 5, 8 et 9, ainsi que 101, rue de la Tombe Issoire), pour des artistes (l’écrivain Frank Townsend, les peintres Edouard Goerg, Marcel Gromaire, Pierre Bertrand, le sculpteur suisse Arnold Huggler et pour son frère, Jean Lurçat, céramiste et créateur de tapisseries).

Au 7 bis, Auguste Perret réalisa une villa-atelier pour l’artiste Chana Orloff (1888-1968).

Née en Ukraine en 1888, émigrée avec sa famille en Palestine en 1904, elle arriva à Paris en 1910 pour y étudier la mode, mais elle décida très vite de faire des études artistiques, et s'inscrivit à des cours de sculpture à l'Académie Russe de Montparnasse. Elle se lia d'amitié avec d'autres jeunes artistes juifs, parmi lesquels Chagall, Modigliani, Soutine, Zadkine... En 1925, elle obtient la nationalité française et reçue la Légion d'honneur. Reconnue pour ses talents de sculpteur et gagnant alors bien sa vie, elle demanda à Auguste Perret de lui dessiner une maison-atelier pour elle et son fils. Pendant la seconde guerre mondiale, elle dû fuir en Suisse. Quand elle revient à Paris en février 1945, elle découvrit que sa maison avait été saccagée et que les sculptures de son atelier avaient été détruites.

Elle a fait de nombreux portraits d’artistes et de personnalités comme Chareau, Auguste Perret, Francis Jourdain, Modigliani, Matisse, Picasso, Ben Gourion, Levy Echkol… Elle a aussi beaucoup sculpté la femme et a réalisé aussi plusieurs monuments érigés en Israël.

La villa-atelier a été construite en 1926. Je l’ai visité lors des dernières journées « Architecture à Vivre » sous la conduite d’Eric Justman, créateur du passionnant magasine « A Vivre » et instigateur de ces journées. Il se trouve justement qu’Eric Justman est le petit-fils de Chana Orloff. Quelle émotion de parcourir ce lieu en sa compagnie ! Emotion aussi de découvrir l’architecture du lieu, dont rien ne semble avoir changé et de voir les innombrables sculptures de cette artiste un peu trop oubliée et pourtant si talentueuse. L’ambiance est telle que l’on a la sensation qu’elle est là, que l’on va la découvrir en train de sculpter…

Avant de revenir sur la maison en elle-même, rappelons qu’Auguste Perret (1874-1954) est un des précurseurs du plan libre et l’un des premiers architectes à employer le béton armé structurel, laissé apparent mais très souvent travaillé comme la pierre de taille (son grand-père était carrier et son père tailleur de pierre…). Il aime la matière, la mettre en valeur.

La façade extérieure de la maison est sobre et très structurée comme dans tous les bâtiments de l’architecte : Elle affirme la composition constructive ; structure poteaux-poutres en béton, elle rend lisible la composition des espaces intérieurs. On peut ainsi voir un très grand contraste entre les vides ; les grandes baies de la salle d’exposition du premier étage et le plein seulement percé de 2 fenêtres de la partie d’habitation du deuxième étage, plus fermée aux regards. Cette partie pleine est constituée d’une jeu de briques disposées en diagonale et décalées à chaque rangée afin d’accrocher la lumière…

Quelques années avant Auguste Perret s’était fait remarqué par le très célèbre Théâtre des Champs Elysées. Plus tard, il sera lArchitecte de la reconstruction du Havre...

Vous pourrez trouver beaucoup plus de détail dans l’ouvrage « A LA RENCONTRE DE CHANA ORLOFF » A vivre Editions » 2012.

Villa-atelier de Chana Orloff
Villa-atelier de Chana Orloff
Villa-atelier de Chana Orloff
Villa-atelier de Chana Orloff
Villa-atelier de Chana Orloff

Rédigé par Flora Auvray

Publié dans #J'aime

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article